>>> Lettre de marché Kerius Finance [FR]
>>> Last market snapshot [EN]

MARCHÉ DES CHANGES

L’euro se renforce en attendant un accord sur un plan de relance au niveau de l’Union Européenne

EUR : La dernière réunion de la commission européenne s’est tenue le 27 mai, date à laquelle la présidente de la commission européenne a présenté son plan de relance de 750 milliards d’euros. Ce dernier se rapproche sensiblement du plan franco-allemand puisqu’il privilégie les subventions au détriment des prêts (volonté des pays nordiques). Ce nouveau plan prépare un bras de fer entre les pays du nord et ceux du sud de l’Europe. Ces nouvelles annonces ont entrainé une importante hausse de l’euro face au franc suisse. À l’inverse, l’euro a connu certaines difficultés face au dollar durant le mois de mai. Cependant, grâce aux différentes annonces de la BCE et des États membres, l’euro a regagné du terrain face au dollar. Enfin, les annonces ont également permis à l’euro de s’apprécier face à la livre sterling.  L’EURUSD se négocie 1,11. L’EURGBP est à 0,90. L’EURCHF est à 1,07.

USD : Les États-Unis frôlent les 100’000 décès dus à la Covid19. La dernière réunion de la FED annonce la volonté des responsables de maintenir les taux d’intérêt proches de zéro.  Cependant le Président de la FED a exclu l’idée de recourir aux taux négatifs ce qui a fait progresser le dollar face à l’euro durant le mois. Le conflit entre les États-Unis et la Chine se poursuit. Le yuan face au dollar est tombé à son cours le plus bas depuis septembre. Avec cette dépréciation du yuan, les devises asiatiques sont plus que menacées face au dollar américain. L’USDCHF se négocie actuellement à 0,96. L’EURUSD est à 1,11. Le GBPUSD 1,23.

CHF : La Banque Nationale Suisse a très récemment annoncé sa volonté d’intervenir sur le marché des changes. Entre ses actions sur les taux d’intérêt et sa volonté de relancer l’économie, la BNS a fait le choix d’intensifier ses actions sur les devises. Le contexte actuel favorise très fortement une appréciation du franc, considéré comme valeur refuge. L’EURCHF est à 1,07. L’USDCHF est à 0,96 contre 0,97 en début de mois.

GBP : La crise de la Covid19 s’ajoute aux négociations sur le Brexit et entraine une forte dépréciation du sterling. En effet, avec la volatilité de ces dernières semaines, la GBP est de facto considérée comme une devise risquée. La livre sterling a atteint un point bas à la mi-mai. L’EURGBP est autour de 0,90 contre 0,88 en début de mois. Le GBPUSD se négocie autour de 1,23.

TRY : La livre turque reste stable ce mois avec l’intervention du régulateur bancaire dans le but de limiter les spéculations sur sa monnaie. L’EURTRY oscille autour de 7,50 contre 7,70 en début de mois. L’USDTRY est à 6,82.

CNH : Les tensions entre la Chine et les USA reprennent avec de multiples menaces, dont celle des USA de retirer une entreprise chinoise de la Bourse américaine. Le yuan creuse son écart par rapport au dollar US. L’USDCNH est à 7,15 contre 7,06 en début de mois. L’EURCNH est à 7,93.

BRL : Les estimations de croissance du Brésil sont à la baisse. Une chute de 6% à 10% du PIB est attendue sur l’année 2020. Après sa dépréciation en milieu de mois, le réal brésilien se renforce sur la fin de mois. L’EURBRL passe à 5,99. L’USDBRL est à 5,41.

RUB : La hausse progressive des prix et de la demande du pétrole profite au rouble. L’EURRUB est passé de 81,04 à 78,35. L’USDRUB est passé à 70,62 contre 75,38 en début de mois.

JPY : Le premier ministre japonais a annoncé plus tôt dans la semaine une nouvelle enveloppe financière de 117 trillions de yens pour la lutte contre la pandémie, portant le total à 234 trillions de yens. L’USDJPY se négocie autour de 107. L’EURJPY est à 119 contre 116 en début de mois.

ZAR :  À l’instar de beaucoup d’autres pays, l’Afrique du Sud se déconfine progressivement. La banque centrale sud-africaine a réduit ses taux pour la quatrième fois depuis le début de l’année et rabaisse ses perspectives de croissance pour le pays. Un recul de 7% du PIB est estimé. L’USDZAR s’apprécie toutefois sur la fin de mois et s’établit à 17,41. L’EURZAR est à 19,17.

 

TAUX D’INTÉRÊTS

La FED refuse pour le moment de mettre en place des taux d’intérêts négatifs.

Un résumé des actions des Etats et Banques Centrales est disponible sur le Blog de KERIUS Finance :
https://www.kerius-finance.com/blog/corona-virus-finance-news-update/

Zone Euro : Avant la réunion de l’UE prévue le 27 mai, le couple franco-allemand a dévoilé la prochaine phase de son plan de relance. Cette proposition d’un fonds de soutien à l’économie de 500 milliards d’euros comporte plusieurs éléments-clés qui aideraient les économies les plus faibles d’Europe. En effet, c’est la Commission Européenne qui émettrait la dette pour financer le fonds. L’argent serait distribué par le biais de subventions et les remboursements proviendraient du budget de l’UE. Cependant, quatre pays européens, les Pays-Bas, l’Autriche, le Danemark et la Suède, auront à cœur de proposer une alternative plus stricte par rapport au fonds de relance franco-allemand. Ce plan insistera sur de plus grandes garanties et réglementations pour les pays qui obtiendront de l’aide. Cela impliquera probablement des réformes fiscales contingentes à l’obtention de prêt et visera à minimiser le poids des subventions par rapport aux prêts. De nombreux pays européens fiscalement conservateurs ont exprimé leur opposition à l’émission conjointe de dettes sous forme de « corona bonds » comme moyen de sortir de la crise. Hier, la Commission européenne a dévoilé une proposition de 2,4 milliards d’euros au total, ancrée sur une émission conjointe de 750 milliards d’euros de dette. Cette dernière décision et le sentiment d’optimisme derrière, ont poussé les taux Euribor 3M vers le haut et resserré l’écart de spread entre le Bund allemand et les obligations italiennes. Le taux de swap à 10 ans contre Euribor 3M est à -0.17% Le taux de swap à 5 ans contre Euribor 3M est à -0.36%

Suisse : Le président de la BNS, Thomas Jordan, a souligné que la banque a multiplié des interventions sur les marchés des changes ces dernières semaines pour freiner l’appréciation du franc suisse. Il a averti que le coût économique de la pandémie serait considérable. Jusqu’à présent, le coût du renflouement de l’économie a atteint 57 milliards de francs. Le coût total devrait dépasser 100 milliards de francs. La BNS a prédit un effondrement de la production économique autour de 6 à 7% cette année tandis que le taux de chômage pourrait augmenter de façon spectaculaire. La BNS a qualifié cette crise de pire récession depuis les années 1930. Le swap à 5 ans contre le libor CHF 3 mois est à -0.66%. Le swap à 10 ans contre le libor CHF 3 mois est à -0.40%.

Royaume-Uni : Les responsables de la BOE étudient le fait de passer les taux en territoire négatif même si une baisse imminente des taux d’intérêt en dessous de zéro semble peu probable. Dans sa dernière évaluation, le BOE a souligné le fait que le niveau d’emploi ne retrouverait pas son niveau de pré-covid19 avant 2022 au plus tôt. Le contexte économique fera pression sur la BoE pour qu’elle innove dans sa politique monétaire pour protéger l’économie britannique d’une profonde récession, le pays étant toujours enlisé dans l’accord de transition après le Brexit. Dans le même temps, le gouvernement britannique a emprunté à des taux négatifs sur le marché pour la première fois de son histoire, renforçant l’argument en faveur des taux négatifs. Le taux gilt à 10 ans est à 0.20%.

États-Unis : Le président de la Fed, Jérôme Powell, s’est positionné contre l’idée de mettre en place des taux négatifs, mais sans l’exclure complètement. Le gouverneur Kaplan, un autre responsable de la Fed, a déclaré que des taux inférieurs à zéro endommageraient les marchés monétaires et les intermédiaires financiers. Néanmoins, le président D. Trump continue de faire pression sur la FED pour qu’elle baisse ses taux en territoire négatif afin de les égaliser avec l’Europe. En conséquence, le 7 mai, les marchés ont commencé à anticiper des taux USD négatifs pour décembre 2020 et janvier 2021. Les acteurs du marché estiment donc que la FED sera obligée dans les prochains mois de baisser davantage ses taux en raison des dommages induits par la Covid19 sur l’économie américaine. Le taux de chômage a atteint des niveaux jamais vus depuis la grande dépression. La cohabitation entre les deux organes décisionnaires du gouvernement américain, le sénat et la chambre des représentants, ne permettra pas de signer un nouvel accord de relance budgétaire alors que les démocrates et les républicains entrent dans la dernière phase de l’élection présidentielle de 2020. Le fardeau de soutenir l’économie incombera donc aux responsables de la Fed. Pour innover dans sa politique monétaire, la FED pourrait suivre l’exemple de la BOJ et mettre en place un contrôle de la courbe des taux avant la fin de l’année. Le taux de swap à 10 ans est à 0.67%. Le taux de swap à 5 ans est à 0.38%. Le bon du trésor à 10 ans est à 0.68%.

Canada : Le nouveau gouverneur de la Banque du Canada a déclaré que le pays fera face à une stagflation au cours des prochaines années – une combinaison de hausse des prix et de croissance stagnante, en conséquence des effets de la covid19 sur l’économie canadienne. La banque laisse pour le moment ses taux inchangés.

Chine : La banque centrale de Chine a maintenu ses taux directeurs inchangés dans un contexte de tension croissante avec les États-Unis. Elle étudie une potentielle nouvelle réduction des réserves obligatoires pour son secteur bancaire dans un proche avenir pour aider à accroître les prêts à l’économie. Ce mois-ci, la Chine a abandonné sa cible de croissance du PIB et a réorienté sa relance vers la création de nouveaux emplois. L’assouplissement de la politique monétaire pourrait être accéléré prochainement afin de favoriser les investissements dans les infrastructures et augmenter la croissance du crédit.

Japon : la BOJ a dévoilé un nouveau plan de relance de 30 000 milliards de yens par le biais de prêts aux petites entreprises lors d’une réunion d’urgence ce mois-ci. La BOJ a déclaré que les taux d’intérêt resteront au niveau actuel ou pourront même être baissés si le contexte le nécessite.

Turquie : la banque centrale de Turquie a abaissé le taux de repo d’une semaine de 50 points de base supplémentaires. Il est désormais à 8,25%. Le ralentissement de l’inflation étant dû à la baisse des prix du pétrole et à une récession mondiale en cours, les décideurs politiques se sont vus avec plus de flexibilité.

Thaïlande : la Banque de Thaïlande a réduit ses taux de 25 points de base ce mois-ci, se rapprochant rapidement des taux négatifs. Le taux repo principal est désormais à 0,50%. Les marchés obligataires locaux continuent de bénéficier d’une politique monétaire plus souple du fait du ralentissement de l’inflation. La banque centrale de Thaïlande n’exclut pas la possibilité d’assouplir encore la politique monétaire.

Indonésie : la banque centrale indonésienne a baissé son taux de référence de 25 points de base ce mois-ci à 4,5%. La Banque d’Indonésie a réaffirmé son engagement de soutenir les marchés monétaires et obligataires du pays.

Afrique du Sud : la Reserve Bank d’Afrique du Sud a réduit son taux directeur de 50 points de base pour atteindre un point bas de 3,75% ce mois-ci. La banque centrale a déjà réduit le taux de mise en pension de 200 points de base depuis le début de l’épidémie du Corona virus. Le gouverneur de la banque centrale a déclaré que la banque centrale avait encore des munitions pour amortir le choc économique à venir.

Pologne : Baisse du taux directeur à 0,1%, son plus bas historique.

 

MATIÈRES PREMIÈRES

Le pétrole reprend des couleurs après un mois d’avril chaotique.

Pétrole : Le secrétaire général de l’OPEP a déclaré que les membres de l’OPEP + doivent maintenir leur effort pour réduire l’offre de pétrole sur les marchés même si des signes indiquent que la demande de pétrole commence à remonter. Néanmoins, il faudra probablement jusqu’à deux ans pour que la demande de pétrole revienne à ses niveaux d’avant la crise. Ce mois-ci, les prix du pétrole brut ont continué de grimper. Rétrospectivement, l’effondrement de courte durée des prix du pétrole WTI le mois dernier a probablement accéléré la reprise des prix du pétrole ce mois-ci. Les principaux producteurs du monde entier ont dû s’adapter et réduire leur production beaucoup plus rapidement que prévu. En effet, le goulot d’étranglement dans les capacités de stockage les a obligés à redoubler d’efforts pour ne pas désagréger le marché. La reprise actuelle pourrait éventuellement s’essouffler, car les producteurs américains de pétrole de schiste pourront reprendre la production si le prix du baril reste durablement au-dessus de 30 USD / baril. Ce seuil leur permettra de couvrir leurs coûts et d’éviter la faillite. Le prix du baril de Brent oscille entre 35 et 37 USD.

Or : L’once d’or a oscillé entre 1’700 $ et 1’750 $ en mai. Le prix de l’or continue de bénéficier de la forte incertitude de l’économie mondiale et des divers programmes quantitatifs mis en place par les plus grandes banques centrales du monde. Alors que de plus en plus d’économistes tirent la sonnette d’alarme sur le risque de stagflation dans les prochaines années, l’or devrait continuer à bénéficier de ce contexte économique.

Cuivre : En regardant les prix des matières premières industrielles, on ne décèle aucun signe de reprise rapide. La demande reste faible notamment sur le cuivre. Le prix contrat à terme sur cette matière première est passé de 238 à 239 USD ce mois-ci. En effet l’économie mondiale s’apprête à connaitre une vague de faillites et une hausse du chômage importante dans les prochains mois.

 

Divers:

Le différend entre la Chine et les États-Unis sur Hong-Kong s’intensifie. Les États-Unis envisagent désormais des sanctions contre des entreprises chinoises listées aux USA. En effet, l’administration Trump a revu le statut d’autonomie de Hong-Kong suite à la décision du PCC de proposer une loi de sécurité controversée concernant Hong-Kong. La chine a depuis validé cette loi s’exposant à des représailles de la part du président Trump.

Foreign Exchange market

The Euro is strengthening as the European Union braces for tough negotiations

EUR: The last meeting of the European Commission started on May 27, when the President of the European Commission presented her 750 billion-euro recovery plan. The commission’s plan is very close to the Franco-German proposal since it favors grants over loans. This new plan ushers a showdown between the “Frugal four” (Austria, Sweden, Denmark and the Netherlands) and the southern countries. The announcement of the plan led to a significant rise in the Euro against the Swiss Franc. The euro experienced some difficulties against the dollar during the month of May, however, thanks to various announcements from the ECB and the member states, the euro regained some ground against the dollar. Finally, the euro also appreciate against the British pound. EURUSD is trading 1.11. The EURGBP is at 0.90. The EURCHF is at 1.07.

USD: All states are now close to be fully back to business as the United States’ death count from the COVID19 is inching closer to 100’000. The last meeting of the FED announces the willingness of officials to keep interest rates close to zero. However, Jerome Powell ruled out the idea of ​​resorting to negative rates, which pushed the dollar up against the euro during the month of May. The conflict between the United States and China is quickly escalating. As a result the yuan fell against the dollar to its lowest point since September. The depreciation of the yuan puts more strain on the Asian currencies, most of them depreciated against the USD. The USDCHF is currently trading at 0.96, the EURUSD at 1.11 and the GBPUSD at 1.23.

CHF: The Swiss National Bank reiterated recently its willingness to intervene on the foreign exchange market. Between its actions on interest rates and its desire to revive the economy, the SNB has chosen to double down its actions on the Swiss franc. In this period of high uncertainty, the Swiss franc continues to benefit massively from its safe haven status. The EURCHF is at 1.07. The USDCHF is at 0.96 vs 0.97 at the beginning of the month.

GBP: The Covid19 crisis is putting even more pressure on the Pound, at a time already highly uncertain due to the negotiations of a post-Brexit agreement. Indeed, these elements have a significant impact on the course of the Pound, which is now considered to be a highly risky currency due to the recent spike in volatility. The Sterling reached new low mid-May, losing 0.90% against the euro and 0.50% against the dollar. The EURGBP is around 0.90 today versus 0.88 at the start of the month. The GBPUSD is trading around 1.23.

TRY: The Turkish lira remains stable this month with the intervention of the regulator in order to limit speculation on its currency. EURTRY hovers around 7.50 versus 7.70 at the start of the month. The USDTRY is at 6.82.

CNH: Tensions between China and the United States are back in the spotlight. The United States is considering the withdrawal of Chinese companies from the American stock market in the aftermath of the enaction of the security law in Hong-Kong. The yuan depreciates against the dollar. The USDCNH is at 7.15 versus 7.06 earlier this month. The EURCNH is at 7.93.

BRL: Brazil’s growth estimates were revised down. A fall of 6% to 10% in GDP is now expected in 2020. After its depreciation in the middle of the month, the Brazilian real has strengthened at the end of the month. The EURBRL is at 5.99. The USDBRL is at 5.41.

RUB: The gradual rise in oil prices and demand benefits the ruble, which has strengthened throughout the month. The EURRUB went from 81.04 to 78.35 at the end of May. The USDRUB went from 70.62 to 75.38.

JPY: The Japanese Prime Minister announced earlier this week a new financial package of 117 trillion yen to fight the economic impact of the pandemic, bringing the total package to 234 trillion yen. The USDJPY is trading around 107. The EURJPY is 119 vs 116 at the start of the month.

ZAR: Like many other countries, South Africa is gradually reopening its economy. The South African central bank cut rates for the fourth time since the start of the year and is lowering its growth prospects for this year. A 7% decline in GDP is now anticipated. The USDZAR has appreciated however at the end of the month and stands now at 17.41. The EURZAR is at 19.17.

 

Interest rates

The Federal Reserve stays away from negative rates for the moment.

G7: A summary of the States and Central Banks actions is available on KEIRUS Finance blog:
http://kerius-finance.com/fr/blog/corona-virus-finance-news-update

Euro zone: Ahead of the EU meeting scheduled on May 27 the Franco-German couple released the next phase of the recovery plan which includes a recovery fund. This proposal has several key elements that would help Europe’s weakest economies as the European Commission would issue the debt, money would be distributed through grants and repayments would come via the EU budget. In the meantime, four European countries, The Netherlands, Austria, Denmark and Sweden will propose a tougher alternative to the Franco-German Recovery Fund to offset the economic impact of the Covid19’s outbreak. It will insist on greater guarantees that countries getting aid will enact reforms, and that any help should be in the form of loans not grants. Many fiscally conservative European nations have expressed their opposition to joint debt issuance in the form of « coronabonds » as a way out of the crisis. Yesterday, the European commission unveiled a 2.4 trillion euros ($2.6 trillion) proposal in total recovery spending, anchored by a 750 billion euros joint debt issuance. This latest decision and the sense of optimism behind, have pushed rates the Euribor 3M higher and tighten the spread between the bund and Italian bonds. The 10-year swap rate vs Euribor 3 month is at -0.17%. The 5-year swap rate vs Euribor 3 month is at -0.36%.

Switzerland:  SNB President Thomas Jordan stressed that the bank has increased the intensity of its FX interventions in recent weeks to curb the appreciation of the swiss franc. Jordan Thomas warned that the economic cost of the pandemic will be considerable. So far, the cost of bailing out the economy has hit CHF57 billion, it is expected that the total cost could top CHF100 billion. The SNB predicted a slump in economic output around 6-7% this year while the unemployment rate could rise dramatically for what the SNB governor has called the worst recession since the 1930s. The 5-year swap rates against the libor CHF 3 month is at -0.66%. The 10-year swap rates against the libor CHF 3 month is at -0.40%.

United Kingdom: BoE officials are assessing negative rates even though an imminent cut in interest rates below zero seems unlikely. In its latest assessment, the BOE hinted at the fact that jobs might not return to their pre-coronavirus levels until 2022 or the following year. The economic background will put pressure on the BoE to use its toolkit to shield the UK economy from a deep recession as the country is still bog down in the transition agreement following the Brexit. In the meantime, the UK government have borrowed at negative rates in the market for the first time shoring up the argument for negative rates. The 10-year gilt is at 0.20%

USA: Fed Chairman Jerome Powell pushed back against the idea of negative benchmark rates, but without completely ruling it out. Another FED official said that below-zero rates would damage the money markets and financial intermediaries. Nevertheless, President D. Trump is pressuring the FED to cut the fed funds in negative territory in order to equalize them with Europe. As a result, on May 7, the markets began to anticipate negative USD rates by December 2020 and January 2021. Market participants therefore believe that the FED will be forced in the coming months to lower its rates further down because of the long-term economic damage induced by the Covid19. With the unemployment rate at levels not seen since the Great Depression, and probably no more ammunition of fiscal stimulus left available as democrats and republicans enter the last phase of the 2020 presidential election. The onus of supporting the economy will fall into the hands of Fed officials, as a matter of fact many market participants expect yield curve control before the end of the year. The 10-year swap rate is at 0.67%. The 5-year swap rate is at 0.38%. The 10-year Treasury is at 0.68%.

Canada: The incoming Bank of Canada governor said the country will face stagflation in the coming years – a combination of rising prices and stagnant growth as the economy struggles to recover from the coronavirus pandemic.

China: The People Bank of China kept its prime rates unchanged amid growing tension with the USA. There could be another cut in the reserve requirement in the near future to help shore up lending to the economy so as to offset the economic impact of the Covid19. This month, China abandoned its hard growth target and has shifted its stimulus toward creating more jobs. Monetary policy easing could be ratcheted up in the near future so as to foster infrastructure investment and increase credit growth.

Japan: The BOJ unveiled a new 30 trillion-yen ($279 billion) package of loan support for small businesses during an emergency meeting this month. The BOJ said interest rates will remain at the current low level or even lower if necessary.

Turkey: Turkey’s central bank cut the one-week repo rate by another 50 basis points to 8.25% this month. With inflation cooling due to lower oil prices and a global recession, policy makers saw themselves with more flexibility.

 Thailand: The Bank of Thailand cut rates by 25 basis points this month, inching closer to the lower bound. The main repo rate is now at 0.50%. Local bond markets rallied amid slowing inflation and a dovish forward guidance by the central bank.

Indonesia: Indonesia’s central bank lowered its benchmark by 25 basis points this month to 4.5%. The Bank of Indonesia pledges to keep supporting both the nation’s currency and bond markets.

South Africa: South Africa’s Reserve Bank cut its policy rate by 50 basis points to a record 3.75% this month. The central bank has already slashed the repo rate by 200 basis points since the beginning of the corona virus outbreak, and Governor Lesetja Kganyago said that there is room to do more if inflation expectations continue to diminish.

Poland : The central bank cut the main rates by 0.4% to 0.10% its lowest ever.

 

Commodities

Oil markets have recovered from last month deep dive.

Oil: The OPEC Secretary General Barkindo says OPEC+ members must remain committed to production cuts despite signs oil demand is starting to recover. Nevertheless, it will probably take up to two years for oil demand to return to pre-covid levels. This month, Crude oil prices have continued to push higher. In hindsight the short-lived collapse in WTI oil prices last month probably fastened the recovery in oil prices as major producers around the world cut production far more quickly than expected. Indeed, the bottleneck in storage capacity forced them to step up their efforts to not flood the market. The current recovery may eventually run out of steam as U.S. shale oil producers will be able to restart production if the barrel price stays above 30 USD/ barrel so as to avoid bankruptcy. The price for a barrel of Brent is oscillating between 35 and 37 USD.

Gold: The ounce of gold has oscillated between 1’700 and 1’750 USD. The price of gold continues to benefit from high uncertainty in the global economy and from the various quantitative program set up by the biggest central banks in the world. As more and more economists are raising the alarm on the risk of stagflation in the next years, gold should continue to benefit from this economic background.

Copper: There is still no sign of V-shaped recovery in industrial metals, demand is yet to pick up significantly. The price of future contract in copper went from 238 to 239 USD this month as many economies around the world will face bankruptcies and rising unemployment in the coming months.

 

Miscellaneous:

The spat between China and the US over Honk-Kong intensifies. The US is ramping up potential sanction against Chinese companies and asset in the US. Indeed, the Trump Administration has denied the autonomous status of Hong-Kong as the CCP pushed ahead a controversial security law.